Common nouns | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | Index Berger's Works
Proper nouns A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z| MY IDEAS

L, for Liberty, and autonomy

(A lot of this note is under works in progress)

1. Introduction

That is also a concept elaborated in 1978, evoked in an article in 1979, and first published in "L'informatique libère l'humain".

L is of material importance, since its gives a teleonomic autonomy to any digital being, but evidently in proportion to its level of being. An individual bit has no other autonomy as to stay as it is, or to beak its clock rhythm. A living being or a developed robot have intentions and sub-goals as far as their knowledge systems and behaviours allow and structure it in levels.

Everything gravitates around autonomy. For code as well as for economics. Autonomy gain through externalization: control of the environment, being given (legal) assurances. But any external extension is also source of dependency.

Autonomy increase:
- efficient: motor, automatic feeding, batteries; sensors to detect and adjust the paper feed etc.
- material: lighter processes, dematerialization; but also freedom from a definite place
- formal: from form to program, genericity. and digitization (Gutenberg)
- final : robot intentions

2. A formula for liberty !

To express the autonomy of a being, as well as its dynamic substance, state function and dynamic variety, we propose the formula :

rrr

where pt is the probability or existence at instant t and pi the probability of state i, among the n possible states at time t. Then L is the sum, or the integral, of the mathematical expectation of neguentropy.

As we shall see, liberty proper comes from the combination of a formula and its non total computability.

3. First comments and explanations

We have chosen L for "liberty".

Indeed, the first part of the formula (which we shall refer to as P) translates the first basis of any freedom : to be, to exist. The material freedom, so speaking.

The second member (which we shall name H) gives the entropy at each instant, and the absence of constraints to choose one or another state. To be free is to have the choice. And the wider and less constrained it is, the greater the liberty.

This formula expresses the permanent conflict opposing subsistence to free choice.

This formula expresses also the freedom of a being in respect to the other beings, and to GOS: P measures the fact it is here to stay, for some times. H expresses its unpredictability.

This formula has good sides :
- it relates to the concepts of variety, entropy and energy, and hence to information theory and to formal automata;
- H evokes at least a similitude with Heisenberg's uncertainty ;
- P may be taken as an actualization rate, if related to finance and more generally to economic calculus.

It makes a kind of synthesis of information, energy and money.

4. Causality and freedom

In the deterministic hypothesis, we can find some forms of liberty inside (to be checked). But, in general, we wont like it. Then, we have several options :
1. We assume that we still have subsets, and the problems of random and then of liberty will always be, in fine, transmitted to a large set, which we could call God, if we give to this being the character of a transcendent person ;
2. We assume that, beyond a given size, and certainly for a possible encompassing set, there are necessarily chances, indecidability, and then that some form of liberty is possible inside. (We are near the Digital Relativity). That may play on bit count of a given being, or in being count. But, here the number of dimensions of the universe is central, as it plays on distances.5. Freedom is progressive >

5. Freedom is progressive

A key point: Thesis : Liberty is not a binary value. The World must not be parted between free and unfree beings. All beings are, up to a point, free and controlled by the others, and always, necessarily, by the GOS

Intuitive examples of application >

>

1. The autonomy of a vehicle measures as well the duration of operation without refuelling as the distances accessible. Both terms are tied by speed. They are confused if speed is constant, they differ if sped is variable or controllable. In this case, there is a possibility of arbitration between a long but rather slow travel and a shorter but speedier one.

The paying load may also be considered as a form of variety, with arbitrations between load and range.

2. A control loop preserves the existence of a system and avoids its destruction. It tends to keep it back to a middle point, from which variations are possible in both ways, when dissymmetry appears when one is farther from it. Then this regulation maximizes liberty, in some manner. That is present in living beings as well as artefacts, and is the core or cybernetics.

3. Classical games like chess and checkers tend to eliminate the adversary. But they can also be seen as the conquest of an unbarred use of the whole terrain. And intermediary steps stress the importance of strategic points control for moving freely/

4. The delimitation of a proprietary space by a system is a compromise : the space is limited, but within the limits, freedom is total. And peace with the neighbours favours security.

5. The various elements of a corporation balance sheet may be considered as liberty resources as well as of survival. Income maximization, when it is not distributed to shareholders, increases the corporation autonomy (cash flow, investment capacity).

A way to elaborate is to deal separately with H or P, and even there to limit oneself to some part (short or long term for P, reduction of constraints or variety augmentation for H). Another ways:
- an organic structuration of L: liberty degrees, memory capacities, implicit parts of the hardware (to be defined)
- a functional structuration, more interesting at the end of the day, with banalization of the underlying hardware, but also a hierarchization of functions (primitives, macros, sub-programs ...).

6. Graphic representation of L

The value of one parameter at a given instant can be represented as a binary string of appropriate length (logarithm on base 2 of the number of state), padded if necessary.

uiu

Note : In fact, at a given moment, the states are fixed (but possibly unknown by an external observer). What is more interesting is the possible states at the next instant...

Note: it seems pertinent, for an intuitive appreciation of L meaning, to order the bits from left to right according to their variability.  We can then use the concept of "surface without borders" or Ruyer since, in any measure can be taken as a string of indefinite length, like a number, with the comma at the centre. Only some digits near the comma are meaningful.

This is rather evident for the right end bits. Written in the customary manner, the extension to the right relates to more precision in the measure. The more precise it is, the more fluctuating, then meaningless. For instance, the length of a metal rod, at a standard temperature, is practically constant up to the hundredth of millimetre, but after that changes with any warming and cooling. For the majority of current life rectangular beings, for example a table top, length and width cannot be precisely defined under the millimetre, since they are not machined with a better precision.

At left, after meaningful digits, a number aligns implicit zeroes. But, for a number of measures, that is a convention. For example, if we give a position in space-time, we can use few digits because we refer to a well chosen origin : sea level, Notre Dame de Paris for road distances, Jesus supposed birth for years...

To complete this view, we can present the successive states of the systems in the F function as a series of parallel lines that can be placed, for intuitive understanding, placed in a kind of perspective.

ljkhg

(What about a negative L...suffering ? )

7. Notes on H

For simple devices, H is practically their number of bits (or log2 of the number of their different states), weighed by an evaluation of the equiprobability of the states.

That is the neguentropy or energy in each instant
- first, intuitive notions : widen the space (materially), the range ;
- better use of space, with recognition of new differences, analysis and description, thinner resolution of the look and of the reflexion, avoiding noise (and dust..)
- number of states / equiprobability ; hence the H paradox : increase the differences... Or become indifferent ? Hence the need of a concept like "meaningful difference".

The field so drawn is suggestive enough to call for more structuration. Anyway, we have seen that any long string needs structures. We can separate
- fields with little variation, stable, constituting the being skeleton
- fields with large blank spaces, or liquid, where liberty can deploy itself, leant against the stable fields.

In the large fields, narrower ones may be defined.
L will grow mostly with field independance/orthogonality : money was first by exchange, then metallic, then paper, then purely electronic.

Too large fields are inefficient.

In some way, the centre of the line locates a good potential difference.
Safety demands large numbers. Reliability is a low failure probability, with refers (at least potentially) to a large number of tries. What the insurance companies do between the insured people, or genetics with spermatozoids, is not without relation with a large number of meaningful figures on my bank account.

These reserves are material, both for P and H. In other words, if S disposes of an indefinite width in bits, it must find a sensible distribution between wide and narrow fields. The creation of wide fields is a guarantee of survival, but is paid by a lack of meaning (meaningful differences).

At each instant (cycle ?) it is by a deployment of the strong structures of its free fields that S will adapt itself to the external world and to bloom. As the strong structure compressed in the seed, crushed by the demanding pressure of the humus gives way to the blooming of a rich plant and its golden spike, in the broad and wide Beauce fields.

But this splendour has a cost: blooming exhausts the free spaces, and rich structures wither. But not without having borne the germ for a brighter future. chanteront.

Note here that rarity is not necessarily a positive value. beings need both rare and common matter, water as well as diamonds. And a balance between them. Improbable is not always to be wished.

The being aims to regulate the right part in order to ensure the persistence on the left. From this standpoint, the centre will move, since the variability at left will decrease, expressing an elevation in L.

H is also an index of unpredictability for the outside S; The IEO formula may be taken as an external model, and L globally as a kind of resistance to the environment. H expresses E+I (+O) size, the place physically reserved by S, while P expresses time expectancy when S will keep it for itself.

Somehow, the maximum of separations is nearest to the big bang, when plasma organizes itself uniformly in elementary particles. The whole game of grouping which follows appears as a reduction of the number of "bits", let atoms drop into heavier and heavier constructions, less and less free. Anyway, from a strict physical standpoint, History seems to go slower. After the frantic activity in the fist fractions of seconds just after the bang, some billions of years see galaxy indefinitely unrolling in a universe larger and larger, but also more and emptier.

In fact, the true divisions, those who matter, are intentional. S will progressively emerge while generating life. The atomic cut is only the reverse side of the truly important one, which looks for itself through DNA as soon as Earth is borne (and perhaps even before), which makes itself more perceptible when vegetal and animal life come to activity, and which is really borne when mankind begins to mark up his space and to cut silicon zones. And it blossoms with the Greek science, get uselessly stuck in religions, and refinds itself to day out of Internet. And it will dome day go beyond Mankind itself.

Any entity enhances its autonomy, is structural richness as well as its lifespan on both ways :
- by taking if out of other entities, which are captured, absorbed, merged, assimilated, or simply destroyed to save material space;
- by cooperation, win-win, and for that building more and more sophisticated relations, at the bases with a trimming of entity to entity distance.

That happens as well in the mineral life (inter atoms distance in the molecules), vegetal and animal (population density in a biotope), psychological (animal security distance, human distance between families), or properly digital with its specific distances, especially in digital relativist models.

Indeed, to live its independence, any entity demands, around its borders, a sufficient amount of not structured space, so that environmental moves do not perturb too much. That has to be compounded with the price to pay for the synchronization organs in autonomous units.

One difficult issue remains to be settled: compounding the L of different entities when they cooperate. Some ideas have been given for instance by Condorcet (when he shows that insurance is profitable both to the insured and to the insurer) or by Titli (distributed control theory).

8. Notes on P

P is the life expectancy of the being. Energy consumption may be considered as a shortening of P, for instance.

Our beings cannot be immortal, at least have an infinite number of cycles. If so, their L would be infinite or their H rapidly nearly vanishing.

The formula depends strongly on the time slicing. The slicing could be :
- internal (clock cycle)
- external (another beeing clock, or the global clock, if that is meaningful)

>

Can S change the rate of its clock, for instance ? Here we should study conversions between cycle length and variability. Probably, when I increase the clock rate (supposing that we have a reference to a deeper one...), variability will decrease, or become meaningless after some limit. That may be compared with the right part in the H line.

Any computation of P implies hypotheses
- on the nature of perturbations brought by the environment
- on the P of S parts.

According to the results, strategies will be widely different. A closed system, strongly protected, does not need to invest in Defense. It can concentrate on H to reduce its constraints (for humans, democracy, games, learning). But it cannot increase its vital space (a notion to define...). Example: gas in a closed room. Pushed to the limit : death.

Nevertheless, even closed, the system may have quasi-indefinite aptitudes to develop its information system, and tends to increase H by reinforcing the meaning of small differences (sophistication) or by opening itself to rather useless processes (discussion about angels sex...).

On the other hand, if H changes little, and the S cannot change it, it will concentrate on its P horizon.

9. H-P arbitration and compositing

S has to arbitrate between H and P. More freedom today reduces the life expectancy, but also the freedom expectancy for tomorrow. However, there are also positive feed-backs. Examples:
- buy P against H: insurance policy,
- buy H against P: chance games,
- identity/safety dialectics, (Cyrano de Bergerac),
- association and cooperation with other systems.

The maxima in L are probably far from extreme choices in favour of H or P.

Another paradox : S cannot chose to die, even to suicide, that is a major limit on its H. Could we find a computation to show when suicide is finally an augmented L for the S ? With for instance a strongly widened H during the period between now and the planned suicide/death time ? Can we build suicidal beings ?

For biological type beings, P and H are framed by the development stages, from conception to old age through education and maturity

10. Computation of L

As a simple model, L could be H compounded with its MTBF (mean time to failure) expressed in number of cycles.

utility of reproduction
garbage collector to save internal space

energy resources, space saturation
Unpredictability vs. random
the maturity / double growth

11. L and ops

Ops are not related to P (not directly)
P as well as ops depend on the clock cycle (if P is assessed with another clock that the clock of S itself)
H depends on a sort of efficiency in E =f(I,E), with or without E. Something like : how many bits does actually impact on during one cycle (and how many bits it takes into account). As far as S may be modelled as a computer system, then my reflexions on ops apply... but are insufficient to express the efficiency of f function for an external observer, ops could be rather objectively assessed, even physically with gates

gap18.jpg

12. The L gap(to be edited)

L computation demands a sufficiently precise model of liberty spaces and probabilities definition. This modelling will always be a reducing splicing or factorization. That does not prevent to believe in transcendency, which is what prevents the splicing.

It ensures also the independence of a being controlling its self representation: if it chooses specific description conventions (epistemology), it can define its L as it wants.

Perhaps everything comes out of the difference between bit and e. The bit is not the informational optimum. Have several gaps : strong (Log2 related to e), weak (neuron billions).

Meaning, somehow, is borne by drift, sin error. Notably the recognition that one is not the other, one is not God. The meaning appearing at convergence between gap and miracle.
- The gap makes apparent the teleonomic, the aim ; bad spoils the being, but gives also the meaning of "restore its integrity, completeness". Or sill, near to a L approach, Hegel says : "The determined has, as such, no other essence that this absolute restlessness of not being what it is" (in Logics and Metaphysics).
- Miracle calls back the causal. God intervenes in the world.
The typical convergence is the Salvation : God saves the sinner man, and so gives an meaning to his life : the maximization of L, id the ability to say Yes to But, as God is not currently available directly, one says yes and renounce to everything in order to say yes at whatever represents him : Law, Gospel, Church, Sect, Leimotive, Fuhrer

A key question : when do miracle and sin meet ? How to model that ?
In elementary systems, the gap comes from reliability, evaluated as non correspondence to the demands of a user who has specified the functions. The solution also is external : repair.
With auto-adaptative systems, S may use the tap to mend its actions, to reach its aims.
When S grows, both gap measure and reduction means are internalises.
Meaning emerges when there is a self representation, or a "conscious" representation as well of gap as of solutions.

But the true disorder is the case when the gap perception is painful, even when S is not responsible, S cannot do anything to correct it.
Teleology appears as a gap between objective and actual. A split between bit raise and reality.
A gap on survival capacity. Between L and the neguentropy in bits number, for example.  But survival depends not only on internal laws, but also on the environment.

Gap. The symmetrical miracle of sin. On one side, between model and reality, a probability, an uncertainty principle, which little by little pushes me out. The small gap, the venial sin. On the opposite, the very un-probable, the mortal sin.

In elementary systems, the gap relates to reliability, measured as non-correspondence to the needs of an external user which has specified its needed functions. And the solution is also external : repair.

Kinds of gaps :
- Coding and counting gaps. Inherent to code as such, since the number of cases is rarely a power of 2
- Excess of resources compared to the needs ; notably, of computing power in respect to the inputs
- Un-computability of L (and uncertainty in general ? )
- Time gaps

Good gaps :
The 7thy day, God took rest

Bad gaps :
Lack, needs, hunger and thirst.
Death, life duration
Not shared love
Error, Ugliness
Gap and noise

Gap structure : Monodimensional gaps. Gap spaces
Form factors and interstices in multidimensional spaces

Gap metrics : bits, matter, form factors,
compacity (defrag)If the gap become very large, compared to the beings, the concept ceases to be adequate

To create gaps:
have better multipliers inside (genericity, orthogonality)
accept less rich sampling (in time and resolution)
adjust formats, adjust tasks to internal architecture
use indirect addressing

Gap uses :
- Decision
- Leisure and pleasure
- Investment (balancing long and short term in L)
- Safety/reliability
- Redundancy
- Digital relativity

Gap and pleasure.
pleasure : something good even if not useful, teleogically "endless"
Or pleasure as the ultimate good. Thomas Aquinate, The Wisdom in the Bible

Something misses between what is known and what would trigger action (Lyotard has something between constatative and performative strings)
Gap is a normal situation
Sometimes, to be wished : liberty space, affordance. Fundamentally essential to liberty. But a place for Bad. Safransky.
The gap may be greater or smaller.
If no gap, rational choice?
How to fill it ?
- as if (Koestler)
- faith, religion, rite, authority
- indifference, drugs
- art
- art and technique machine
- suffering
- tearing, schize
- error, non-adaeauqation
- sublime

- gap as the place where I can model (Prost)
and the moment of fusion, end of the gap
alternance niche/adventure
sphere/cube, in large dimensions

13. Pertinence of a L-analysis (to be edited)

- must cut the real a right places
- the good partion is
. the narrowest
. the one with the least number of empty celles
. equiprobable
. the good approximation
. canonical decomposition

Given some S with a given L, built another S' wih the same L, but without constraints and redundancy, wih everything equiprobable (or, on the contrary, letting drop the least probable states)

icono 245

S may be parted parlially only in subS
S is not clearly cut out of the world
S is not perfectly different of the other S (this imperfection could itself be measured)

There is an organ when we know
a) identify/separate neatly enough a subset rather compact (compact enough to be named)
b) identify neatly enough a subset of functions and/or processes
c) map closely enough the one onto the another;

Open issues :

Questions ouvertes:

-telle partie, à quoi sert-elle (c'est l'organe de quoi)
-telle fonction, comment s'accomplit-elle (quel est son organe)


C'est une réserve libre. Comme le travail, elle n'a pas de sens. Sinon tout de même de "l'intérieur" de l'objet vers l'extérieur

Ou plus précisément, L a un sens, mais pas de direction. En coordonnées polaires, c'est un module, pas un angle depuis l'origine.

La direction va se préciser avec l'apparition de l'autre. Ou la structuration de l'objet qui définit ses interfaces avec l'extérieur. Je regarde la moitié du monde...

The law applies also to epistemology.

La montée de L s'explique tantôt par une dynamique consciente du système qui veut accroître son L, tantôt par des agents extérieurs qui le font croître pour différents motifs: barrage des castors, Pygmalion

Mais cette magnificence se paie: le déploiement épuise les espaces libres, les structures riches se fanent. Non toutefois sans avoir fait naître le germe des lendemains qui chanteront.

C'est peut-être ici qu'il faudrait placer une analyser de la rareté comme valeur. Nous avons besoin à la fois de produits rares et de manières communes, de diamants et d'eau. Et d'un équilibre entre les deux. L'improbable n'est pas le souhaitable. Et pour que le rare soit cher, encore faut-il qu'il corresponde à un besoin, à un désir.

Le détachement, le stoïcisme, les formes de l'indifférence peuvent être considérées comme une réduction volontaire de la variété au profit de la survie. Ou comme le renoncement de la variété à un certain niveau pour une extension bien plus considérable à un niveau supérieur.

14. Application to computing

Du matériel au logiciel. Icono 207. Le hard à gauche évidemment avec à droite les infos capteurs. Fait cependant assez apparaître la trop grande simplification d'un L monodimensionnel.

Soit un S avec un L déterminé construire un S avec le même L mais sans contrainte, tout équiprobable ou au contraire, négliger les états à faible probabilité...

icono 245

15. Internal unpredictibles in a system (to be edited)

On admet trois sources d'aléas intérieurs
1. La probabilité de recopie identique d'un bit d'un cycle à l'autre n'est pas de 1. il y a un taux d'erreur ou de bruit à la recopie
2. probablilit d'erreur de transfertr d'un bit à l'autre, en fonction de la distance (Digital Relativity)
3. probabilité estimée de modification "externe" des bits intérieurs par un agent extérieur non contrôlé

If S has a self representation, it may know these probabilities, and use them to progress.

En apparence, cette imprévisibilit améliore L(S) puisque S devient de plus en plus imprévsi le. Or en fait, au contraire, cela va détruire S en particulier parce que
. cela va au bout d'un moment affecter P(S)
. pcq, de l'extérieur, cela rend flou les limites de S, si les bits de S sont très aléatoires, alors plus de sens pour l'extérieur

cela dit, cela dépend aussi du mode d'appréhension e S par l'extérieur. Si simple blob avec adresse de début et longueur définies extérieurement, les altérations intenes n'ont aucune impostance

mais plus S est  typé, corresond à un certain modèle, plus des variations aléatoires vont être perçus comme des anomalies.
. une variable ne doit pas changer aléatoirement
. un type avec header ne sera plus accessible correctement, ou plus accessible du tout, si le header est détérioré, idm. types avec signatures
. un système évlué, avec ordanisation interne d'exécution de L, quand l'aléa va le détruire, alors perte de contrôle totale.

Plus le S est auto-piloté, plus la fiabilité de la partie pilotage devient essentielle. Elle devient à la limite la finalité meme de S.
donc on fera un système de pilotage redondaondant

mieux, on fera le systèmede pilotage en réseau auto-reconfigurable (Internet, le cerveau)

S peut avoir un outil d'auto-analyse (FAT, chkdsk, et beaucoup plus loin, avec taux d'utilisation. le garbage collector est un outil de ce type)

Si le système de pilotage est suffisamment stable, S peut alors envisge de gérer plus ou moin intelligement les aléas de ses parties internes, que il peut aussi considérer comme une forme floue d'input I

le progrès, l'emergence, la formalisation consistera à distinguer
. les aléas internes (états diffus, cénesthésie précise)
. les aléas externs (sens, organes des sens en partie contrôles : orientatino du regard, écoute sélective...)

S apparend à hiérarchiser ces impressions (poids forts, poids faibles), à voir ceux qui ont de l'importance ou pas, orienter son attention sur telle ou telle familel de bits

si E est très grand, son exploration peut aller très loin, être longtemps intéresante : profils méditagifs, mystiques.

S apprend non seulement à se connaître lui-même, mais à se positionner dans le monde, à percevoir ses limites par rapport à ce mondde

16. Architectural ratios (to be edited)

Apparaît ici un ratio quantitatif entre les dimensions de S (notamment E mais aussi I) et les capacité de son SP.

Aussi des ratios entre I, E et O  (systèmes plus ou moins extravertiws, etc;). 

la différenciation TEF peut être envisagée selon un angle plus quantitatif qu'un simle classemetn direct.

il y a des types très purs : chip ALU, s'il y en avait encore, ou chip de portes logiques, surface de mémoire, ligne de télécom.

en revanche un processusr complet comporte toujours des mémoires, les mémoire comportent de plus en plus des processeurs évolués, et un réseau ne se conçoit pas sans commutauteurs, routeurs, outils d'administration, annuaires, qui sont autant de processeurs et de mémoires

de même, différenciation des systèmes, y compris humains, par diffrences quantitatives IOE

- rêve, méditation, avec fermeture de O et I, concentration sur  E

jeu sur artichitecture interne, nettoage

Qu'est-ce qui est vraiment "extérieur". Cela fait partie de l'émergence du S, que de percevoir ses limites, de les dfinir. les limits d'un organisme biologique sont bien mieux déterminées que celle d'un objet physique. Et un objet physique perfectionné (diamant) a des limites physiques mieux déterminées qu'un ob jet vague, un agglomérat

dans un objet technique évolué, en plus, les limites sont définies à la fois fonctionnellement (par le type l'essence) et par la réalité organique. il y a des manques et des corps étrangers

17. Internal/external (to be edited)

L vu par le S lui-même, L vu par l'extérieur
H = imprévisibilité, mais aussi taille du territoire
l'écart peut êtr, un "taux de bluff"", un déficit de communication
loi de Ashby sur le minimum de contrôle

Je dis explicitement à l'extérieur : je ne décide pas je ne m'engage pas, ces mon territoire libre, usus et abusus, même si j'ai pris ma décision

Ecart entre décision intérieure ce qu'en sait l'extérieur. C'est ma marge de liberté.
Cette indétermination a un coût pour l'extérieu. je fais des réserves que je n'utilise pas mais que j'interdis aux autres. Stratégie de mutualisation des "réserves", assurance

Modèle territoire
agglomération de L
répartition si espace pas homogène
si différents utilisateurs
autrement, l'espace des positions est valorisé:
- en termes de P (notion de sécurité relative) ou de ressource P libres, ex. enérgie, bougge
- en termes de L

cette valorisation est différente selon les différents utilisaeurs
pcq ils n'ont pas tous les mêmes "besoins"

pas les mêmes capacités d'exploitation des ressources

il y a des cas simples où chacun a une bonne zone pour lui et plus généralemnet d'optimisation du possible
la valorisation des places n'est pas fixe. Il peut y avoir

- usure de la ressource en général, usure pour un utilisateur détermié. un type d'utilisateur déterminé (assolement, transhumance)
- renforcment de la valeur (l'utilisateur l'aménage)

on rejoindrait ainsi le paradoxe :
pour le S, L vient de I
pour l'extérieur, L vient de O ou de E dans le mesure où E permet de le découvrir)
l'indice dépend du nombe de processus critques (???)
suggère une loi de t2 par t10
la puissance de cette loi pas tellemnet élevée
relation entre ops (processeur)et E (mémoire)
s'ily a écart, place pour une "liberté intérieure"

18. A Pre-xam note. to be edited

Travail fait surtout au printemps (1999 je pense ou avant), notamment à Houlgate. Avec en arrière fond, inspirateur, la préparation de nouveaux modèles en Xam
1 bit. On peut poser a priori qu’une des deux valeurs est meilleure. Bien et mal absolu.
2bits. Meilleur s’ils sont différents ?
3bits ?

4 bits. Compter les changements. On retombe sur le problème du langage optimal.. La meilleur chaîne, par rapport à un langage de description donné est celle qui a la description la plus longue (ou la plus courte). Cette formule vaut pour  toutes les chaînes,  y compris infinies.
La valeur elle-même est une chaîne de bits (représentant un nombre)
Modèle A.
Modèle B.
Modèle C. Modèle à sous-chaines de longueurs fixes.


Pour une chaine de longueur donnée N, la meilleure est celle qui aura le plus de sous-chaines différentes. Alternative to KC ?

Il y a un optimum sur la longueur n de la sous-chaine par rapport à la chaine. Si les ss chaines sont trop courtes, il ne peut pas y en avoir beaucoup de différentes. Si elles sont trop longues, on ne peut pas en mettre beeaucoup. L’optimum doit êter log (N+1)  (base 2).

Réflexion de Marcel/tante Renée sur le nombre des formes musicales différentes.

0n peut faire une machine à évaluer les chaînes. Donner une valeur relative : un ratio par rapport au maximum possible de chaînes différentes vu la longueur N.

L’idéal peut ne pas être le maximum. On peut rchercher une certaine régularité. Des symétries.

On aussi, surtout si N est grand, se donner des relations d’équivalences. Considérer que des chaînes différant peu (en Hamming) ou ayant des ressemblances, sont les mêmes. Cela peut être plus intéressant que la variété.

Note.

On peut valoriser d'autres aspects
- variété des longueurs
- disposition des variétés
- symétries
- sélection de quelques variétés intéressantes, par exemple bien différenciée, avec choix
- par exemple, si N grand, une bonne partie des sous-chaînes seront de pas trop fin pour être intéressntes, cela se perdra dans le gris (ici, une sorte d'esthétique de la "résolution". Ce qui est intéressant sera alors une sélection de quelques bons "motifs", puis leur disposition astucieuse.

Les réflexions sur la dentelle artificielle, avec défauts, peuvent s’interpréter comme un optimum combinant la régularité d’une forme répétitive avec de petites variétés.

19. Recurrence.

La méthode d'évaluation de la chaîne globale peut s'appliquer à l'évaluation de chaque séquence. (Autre idée, dans ce cas La valeur de la chaîne globale pourrait alors être la somme des valeurs des différentes châines. )

Je dis explicitement à l'extérieur : je ne décide pas je ne m'engage pas, ces mon territoire libre, usus et abusus, même si j'ai pris ma décision

Ecart entre décision intérieure ce qu'en sait l'extérieur. C'est ma marge de liberté.

Cette indétermination a un coût pour l'extérieu. je fais des réserves que je n'utilise pas mais que j'interdis aux autres. Stratégie de mutualisation des "réserves", assurance


20. If the being grows and gets a large L, what do I become ?

Then it is more and more difficult for me to bear it, to generate it, to understand it.
It becoms something important in my life, a good part of my life's meaning.>
Moravec: so good
Mirhwold: I want to become a softate

The machine as a God, at least an idol
- washing my car every saturday morning
- a bile(Piczar)

An interesting being is both :
- non reducible to an external analysis
- pushed/drawn by laws, a non rational energy (itself not reducible to random)

Then any progress of tooling, technology, science :

alors, tout progrès des techniques, science, outils
. réduit certains objets intéressants à l'état d'inintéressant, parce qu'ils deviennent totalement "exliqués" (beau mot). cela s'applique dans une large mesure aux être huaines (je l'ai jugé, j'en ai fait le tour)
. renforce l'admiration pour d'autres objets, car, simultanément
. their ricdhes is better understood

. je vois la partie irréductible d'eux come plus élevée.

Peut-être: donner un intérêt nouveau aux objets jusque là inintéressants en faisant apparaîtraiet des parties irréductibles chez eux.

Plus précisément : tout être réel-matériel est en partie réductible, en partie inconnu

dans certains cas, ceette partie inconnue est intéessante..

21. Geneval

comme ne aide les jours de difficulté
quand mon C et celui des autres ne vont pas bien
une sorte de matrice indifférente
mais après tout, si elle est très perfectionnée
si elle a de grandes réserves de mémoire
alors elle peut tout de même s'intéresser à moi
avec ses processeurs adéquats
se faire une image de moi
mieux, faire évoluter l'image qu'elle avait de moi
et tous les autres qui ont des ennuis
avec eux-mêmes, avec leurs enfants


L ne suffit pas parce qu'il y a RD, donc incertitude sur P à long terme.

Une part de L vient de cette incertitude, d'ailleurs. Pradoxe.
Geneval  conduit à une autre approche de L
à chaque moment, variété  (partie H de L)
oui mais distinguer variété externe (perception)
et varité interne (action)
et faire des liaisons

le constructivisme est le moyen d'augmenter la disponibilité

si le S a un nombre de bits détermié,
répartition optimale entre bits de perception et bits d’action
tous deux sont lliés à mémoire, traitmement, com (ici à la mois moyen d’action sur le monde exté »rieur et de perception

fkjhfy


on cherche donc une augmentation quantitative de mémoire, mais aussi qualitative : meilleure utilisation, oubli judicieux

aux premiers âges de lhumanité (et par prolongement, de toute la vie), libérer les gens des tâches matérielles pour du temps « intellectuel », puis libérer ce temps intellectuel de tâches routinières pour des tâches plus créatives, etc.

22. Form factors

Balances, tuning, form factors.
A computer without memory is of little use.

But the border is not sharp between regisgters... and the chip itself.

Mental load. There may be satuations. If the input flow is too high for the system to parse it.

 

En première analyse, en modélisation simple, cela n'a pas beaucoup de signification. Le modèle des automates finis ne se pose pas de problème sur la réalisation des fonctions pendant le cycle. Moins évident en machine de Türing. Mais se pose si on se donne un modèle plus élaboré, avec des fonctions à temps d'exécution variable, par exemple.

Inversement, si le débit est trop faible, le filtre est souvent inoccupé. C'es peu rentable. Le calcul se fera en l..
Adaptation d'impédance.

Du tuning à l'architecture. Urbanisme.

Problème : souffrance, émotion plus génralemnt

La liberté a quelque chose d'externe : il ne faut pas que je sois totalement déterminé par l'extérieur. Pour avoir liberté, il faudrait au oins qu'une partie E f(E) soit indépendante de I

c'est en quelque sorte la liberté de base à la Sartre

mais comment introuire de l'indéterminé dans f(E). L'acte gratuit est toujours une sorte de faux aléatoire.

En fait peut venir, si on postule une infinité de l'esapce interne E, qui permet indéfiniment, par rercherche de soi-ùmême, de trouver de nouvelles resssources.

23. The double lens

La double lentille de liberté :
- j'ai plus d'espace/temps,
- je suis capable d'avoir une action sur le monde extérieur

dd

- il y une certaine correspondance etnre les deux aspects, mes actions peuvent être effica es
- je dois définir un ensemble de valeurs pour décider

24. Liberty, encounter of two maturities

Free energy. énergie libre, espace de déploiement
"le moral"
expliciter en quoi la donnée d'une structure va donner de la liberté. ex. un langage
en général on fait comme si il y avait liberrté, dse tas de choses à faire, etc. puis on met (l'Etat mte)
des contrainte qui limitent cela.

25. Quotations

Une machine simple n'a pas beaucoup de possibilités d'évolution, en dehors de l'usure et de la rupture. Un moteur "se rode". Un logiciel complexe s'adapte (est adapté) aux évolutions de son environnement technique et fonctionnel. On sait faire des machines qui apprennent, en particulier avec les réseaux neuronaux. Il y a un moment où cette évolution n'est plus suffisante pour pallier l'obsolescence et l'usure. La machine vieillit et meurt. Cette évolution peut être très longue, avec de multiples phases, si on prend pour "machine" par exemple une application informatique de gestion, qui évolue considérablement au fil des années.

Entropie. L'idée d'entropie est demeurée comme suspendue en l'air. On plutôt, l'entropie est à cheval entre mesure thermodynamique concrète et concept organisationnel fantôme. Morin 1/70

Malraux voit la techno comme libérante (pp146 entre autes)
libérer de la représentation, de l'illusion, du marché

regarder les gens en face
en quoi sont-ils libres, de quoi sont-ils libérés, qu'ont-ils choisi?
la drogue, dépendance
plaisir chez Platon : celui dont on peu se passe
échapper à l'exigence de la liberté ? Le droit de s'échapper
fermer le global pour créer un espace e liberté

Parameters in balance:
1) fraud, criminality vs privacy
2)powerful actors and corporations/state authority
3) power separation
anarchy vs/ dicature-bureaucracy

26. Time, space, form : quantitative ratios

IEO all small : small system
I small : eremit, meditative
O null or small comparatively to I and E : repeater, amplfier
Istrong, O ane E null : pit
O comparatively strong : scientist, synthetizer, filter
I comparatively strong : guru, creative emitter
E comparatively low : channel, media

Les bits d'état peuvent être considtrés comme exprimant la partie H de L, P restant un nombre de cycles. Plus il ya urat d'états différents possibles, plus le comportement extérieur de S sera dificile à prévoir, plus l'affectation, l'explotiationdes bits d'entrée sera élaborée.
a) Structures équilibrées
On sait qu'ile st normal d'y avoir une certaine proporition netre les longueurs respectives de OIE et la copmplexité implicite de ..  OR si l'on prèfère mes relations entre ces élements défines en types d'automates comem différents
ddd

27. Locations number of an object

liberté d'un S dans l'espace digital :
nombre absolu de positions possible
volume n bits dans un truc à N bits
N/n places différentse(autre modèle: N - n +1 positions différentes)
dans HP, un objet de n bits a besoin d'un certain chargement pour survivre
dans HD, il y a un facteur de forme de l'objet à n bits, une certaine "marge" qui lui est nécessaire (à explicieter, il s'agit de compenser les irrégulatirté de forme, qui empêchent de paver serré), appelons f ce facteur de forme
n.f (f = champ nécessaire de facto pour que l'objet de n bits survive) : f est plus grand que 1, car il intègre une certaine marge
Il y a aussid des anomalies de formes du grand espace, qui réduit d'un facteur q le volume disponible, on est donc ramené à N/q
alors il n'y a plus que N /(n.f.q) places
la montée des liberté se fait par dématérialisation (réduction de f)
et acceptation des normes de la société ou amélioration de la société (réduction de q)
ensuite, valoriser l'espace N, les différentes positions ont des valeurs différentes
quand tout est aménagé, c'est la résolution dans l'harmonie, et la mort, la fin de l'histoire

28. Mean action principle

- Link MPA to L. Maupertuis.
- We must also nuild a model where number of actions (subcycles) is set ; in the main cycle, with clock ; GG or not,
- is without interest when this set constrains on what may happel during a cycle, and the, demandes ad hoc methods, for instance to store intermediate results.

A simpmle model :
- the com processor is supposed really simplistic ; it scans all the processors, gathers all the Os (output bits) with the addresses, and send to the prescribed adresses; - in the simple model, it is assumed that there is some sort of communication integrity (but with delays and possibly noise) : no message is lost ;
- this implies that for each output bit correspondes actually an input bit waiting for it ; possibly with a queue system on the redeiver.

We could get more out of HD1 if the communication program is reinforced, in particular if we reinforce market and displacement laws.

This model implies connectivity. At first sight, coupling is not very profitable : SS of E = SS of Ei, notwhithstanding losses on I/O due to external couplings.

As for measure, evaluation of pressions in the elementary systems can be done only by an external S (the communication S would be the best to maintain statistics), this external S could have the capability of displacing bobs in ordrer to optimize the positions .

We can think of more or less competing models, of market models, where each S has its own evaluation criteria, and may negociate the positions.

Simple model. With an indirect address system, the communication program may deal with it; the more we sophisticate it, the more addressing will be soft, upt to content addressing. But then, we would rather use a model more rich than HD1SB

What if HD1 is immersed in the standard physical world ? It is shocking. HD2 would do better. It is sufficient for Moore, for instance. There is a double immersion
- close correlation zones (chip, CPU, local system)
- general space with large vacuums, the natural dispersion in HD1 is much enlarged.

The organ part takes all its physical dimension. The function part does not change much (except if it had a usefulness by itself). There also strong dispersions.

>29. Varia

LEF. Faguet text

Search for a general value for any bit string. This work done mainly at the beginning of 1999, in particular in Houlgage. With, as an inspiring background, the elaboration of new models in Xam.
1 bit. We can assert a priori that one of the two values is better. Good and bad. Absolute.
2 bits. Better if they are different ?
4 bits. Cont the changes. We are led back to the optimal language problem. The best string, relating to a given description language, is the one withe the longest description (or ther sohertest). This formula is valid for all strings, including the infinite ones. The value itself is a string (representing a numbetr)
Model A.
Model B.
Modem C. With fixed length substrings.
For strings of a given length N, the best one is the one which has the higheset number of diffrent substrings. There is an optimum on the lenght n of the substring related the the string If the substrings are too short, the number of different substrings is low. If they are too long, a small number of them may be placed in the global string. Note of Marcel and Aunt Renée about the number* of different musical forms.

We can build a machine for string evaluating. Assign a relative value, a ratio related to the maximum possible of different strings if N is given. The ideal solution is perhaps not the maximum. One cas look for regularities, symmetries.
On can also, mainly if N is large, give equivalence relations. Considrer that strings little different (Hamming), or having certain similarites, are the same. That could be more interesting than variety.

Other aspects may be taken as value : - length diversity
- diversity distribution
- symmetries
- selection of some interesting variants, for instance well different, with choices
- for instance, if N is large, many substrings will be of too small step to be interesting, all will be loosen in gray (here, a sort of aestthetics of "resolution". Then, what is interesting will be the selection of several good patterns, then their clever placement.

30. Closed systems

Le système fermé est une limite théorique. Il y a toujours des fuites, des rayonnements émanant du système ou l'atteignant. Mais c'est souvent un modèle efficace.

Thermodynamique et cybernétique nous ont appris que les systèmes fermés ne pouvaient que se dégrader.

D'où le modèle le plus simple, où P décroît progressivement avec le temps qui passe. Le système reste égal à lui-même, passant d'un état à l'autre au sein d'une famille d'états que l'on image plutôt restreinte, jusqu'à sa disparition. Ce sera le cas d'un appareil quelconque sana maintenance.

La probabilité décroissante des états futurs exprime notamment, pour un système fermé, la consommation de ses réserves libres, l'usure de ses structures. L'existence est liée en effet au maintien d'une cohérence qui consomme toujours de l'énergie, et à des structures de liaison qui se dégradent toujours peu ou prou dans leur fonctionnement même.

Ces deux usures conduisent ainsi à un modèle où le système perd peu à peu sa variété pour se fixer dans un état final. C'est la deuxième loi de la thermodynamique.

Ce serait par exemple le cas d'un véhicule qui peut circuler librement tant que son réservoir de carburant n'est pas vide. Ici, la quantité de carburant définit assez bien un certain sous-ensemble de valeurs de L.

Pour certains systèmes, ceci peut s'expliciter en termes de L: taux de consommation des réserves, par exemple, ou dégradation volontaire de structures non indispensables à la survie. On brûle les meubles et la décoration du navire pour faire tourner la machine à vapeur qui le ramèneront au port.

Dans un système d'un niveau assez élevé, l'échéance peut être assez lointaine, la sécurité suffisamment assurée dans le court et le moyen terme pour que l'attention se porte surtout sur la variété et l'équiprobabilité des états. C'est le cas des jeunes, plus prompts à explorer de nouveaux espaces et à refuser les contraintes qu'à s'entourer de précautions.

De même, quand le système est proche de sa fin, qu'il peut compter les jours qui lui restent à vivre, il peut tendre à organiser au mieux le court horizon qui lui reste, pour "profiter de la vie". C'est dans la phase moyenne, celle de la maturité, que la prise en compte de la durée a le plus d'importance.

Mais un système fermé peut-il accroître sa néguentropie ? On peut penser que c'est possible, en investissant une partie de ses réserves libres dans des restructurations qui élargiront les espaces internes, en valorisant des différences jusqu'alors négligées, notamment celles qui consomment peu d'énergie, donc les plus proches des espaces symboliques.

Noise could be taken as an implicit aperture, if structure can be found in this noise, some regularities.
Another idea : even a closed system has to be built on some matter, whence the noise. And matter
- is never pure random
- makes some minimal kind of connection with GOS.

31. Open systems

31.1. Rayonment and transaction

Ouvert sur l'extérieur, le système voit s'ouvrir à lui des espaces indéfinis où son L va pouvoir se développer dans une tout autre mesure, mais d'où viendront aussi menaces et contraintes.

Ses relations peuvent se décrire tantôt comme un rayonnement, un champ de forces (Bruter) éventuellement matérialisé dans des liens physiques, tantôt comme ses émissions ou des réceptions de corpuscules (quanta, objets, messages). La fermeture du rayonnement d'échange en corpuscules, le long de la dimension temporelle, exprime un échange limité dans le temps, isolable et descriptible isolément des autres transactions.

Tout échange, toute transaction, ne peut être appréciée, en termes de L, d'une manière absolue: une transaction avantageuse selon certains critères peut se révéler à la longue défavorable selon d'autres.

Comme pour le L entier du système, il faudra bien, en pratique, se contenter d'un mode limité d'appréciation, sans quoi toute action serait impossible.

31.2. Assimilation

La méthode la plus simple, pour le système, consiste à s'incorporer purement et simplement des éléments matériels ou énergétiques pris sur l'environnement. Croissance épitaxique d'un cristal, par exemple. Le plus souvent, cette incorporation suppose une opération d'assimilation, donc un organe spécifique: système digestif, respiratoire, etc. Elle est plus facile pour des apports relativement peu structurés: liquides, gaz, rayonnement calorifique ou lumineux, et pour ceux qui conviennent "naturellement" au système.

En termes de L, ces transactions se traduisent par la constitution des réserves libres nécessaires à la poursuite de l'existence, et par un augmentation de la variété, tant par l'accroissement des masses et volumes que par la création de structures nouvelles susceptibles de prendre des états nouveaux, de nouvelles familles d'états.

L'accroissement masse/volume (grossissement, turgescence) ne peut être porté au delà de certains seuils, et doit donc être dialectiquement relayé par des accroissements structurels.

Le déchet peut être considéré comme une menace pour la survie, soit comme un "poids mort" inhibant la mobilité.

Mais les échanges avec l'extérieur ne se soldent pas nécessairement dans le "bon" sens: l'environnement peut prélever des réserves libres ou des composants structurels sans apporter de contreparties, il peut imposer des contraintes. A la limite, il peut détruire purement et simplement le système.

31.3. Adaptation to the environment

Si, à un instant donné, le système n'a guère le choix qu'entre l'acceptation et le refus d'une transaction, il peut lui être possible, sur un horizon plus ou moins long, de s'adapter à l'environnement pour éviter à l'avenir des échanges dangereux ou défavorables et accroître au contraire ses échanges positifs.

Cette adaptation réduira L le long de certains axes, conduira par exemple à s'interdire des zones dangereuses, à se fixer en terrain favorable.

On sait la variété des formes d'adaptation, thème majeur par exemple de la théorie évolutionniste aussi bien que des thèses de Gélinier sur les "structures compétitives".

Notons en particulier la construction de structures organiques spécifiques de défense contre les agressions, ou de systèmes nutritifs permettant de s'alimenter à des sources nouvelles.

Mais on peut citer aussi l'auto-synchronisation aux rythmes de l'environnement et, plus généralement, l'acceptation de ses normes physiques ou morales. En quelque sorte, le système accepte de se laisser pénétrer par les structures de l'environnement, qu le spécifie selon certaines lignes, alors que la constitution d'organes peut être considérée comme une solution plus élaborée, où les spécifications de l'environnement se chosifient sous forme d'organes.

31.4. Adaptation of the environment

Bien que formellement symétrique du développement précédent, ce mode d'accroissement de L est souvent considéré comme supérieur, puisqu'il suppose une maîtrise du système sur ce qui l'entoure.

L'expression la plus immédiate en est une disposition du monde qui prolonge et facilite le déploiement du champ de forces propre au système. C'est le jardin à la française, avec ses allées rectilignes, où le regard peut atteindre à l'infini, comme d'ailleurs le canon ou la mitrailleuse des forces de l'ordre. On sent immédiatement le caractère ambigu de cette action: aménager ce qui m'entoure, cultiver le jardin, c'est à la fois l'embellir et l'aliéner, le promouvoir et le détruire, dans la mesure où il s'oppose à mes fins. "Nous sommes tous des assassins", dit Cayatte.

Il y aura toujours des partisans du paléolithique contre le néolithique.

Mais l'extension des lignes droites et des symétries se marie aux formes concentriques: vêtement, nid, maison, mur du jardin. Formes plus défensives qu'agressives, du moins à un certain niveau de l'analyse, car ces conques autour de moi sont aussi le lieu d'où les champs de forces pourront se déployer.

L'architecture, l'urbanisme, l'aménagement du territoire, et même l'écologie dans une phase réflexive, seront es phases de plus en plus vastes de cette organisation globale autour du système.

Limités à certains axes déterminés, les outils, les instruments de mesure, les prothèses... seront d'autres prolongements du système, qui multiplieront, selon des paramètres divers, l'étendue de son espace ou la finesse de différenciation de cet espace (le pouvoir séparateur accroît la variété de l'environnement perçu).

De même, la constitution de réservoirs, de stocks de produits aisément utilisables par le système prolongeront, sur des points particuliers, l'autonomie procurée par les réserves internes. La prise de courant au mur donne à tous les appareils qui s'y branchent une extension indéfinie de force motrice.

Nous rejoignons ici nos thèses sur la dialectique rayon-corpuscule, avec une organisation progressive de l'espace tantôt rayonnante et tantôt chosifiante.

Ici encore, le bilan de ces transactions actives ne sera pas nécessairement positif, même pour le système qui en est l'initiateur: l'aménagement peut être une dégradation, nous ne le savons que trop, et plus simplement, l'énergie consacrée à l'organisation du monde peut se perdre: la terre produit épine set chardons au lieu du bon blé que j'avais semé.

31.5. Internal symbolic system structuration

Sur la montée de l'information dans la matière, motu venons de montrer l'exemple de la boucle de régulation. Et toute la première partie du livre (à écrire...) a montré la montée des systèmes d'information externes. Intéressons-nous ici à l'espace informationnel interne.

En termes de L, il se présente comme le support d'une famille d'états tels que l'on puisse passer de l'un à l'autre avec une très faible dépense d'énergie, nulle à la limite, et avec une assez forte équiprobabilité.

Donc, en toute première analyse, la constitution d'un tel espace apparaît comme un bon moyen d'accroître L à peu de frais. Et c'est bien la raison qui doit pousser à monter du monde biologique vers le plus grand cerveau, et à l'informatisation progressive de tous les objets techniques comme à la croissance des emplois administratifs et au développement d'une catégorie d'outils spécifiquement informationnels, depuis le téléphone jusqu'à l'ordinateur.

Il faut cependant faire deux remarques. La première est que toute différence entre états n'a pas la même valeur pour le système. A partir du dilemme entre être ou ne pas être, qui a en quelque sorte ne valeur infinie, toute une échelle de valeurs conduit à des différences sans intérêt, comme nous l'avons dit à propos de l' "horizon". Le caractère essentiellement volatil des états de l'espace informationnel en limite donc la valeur. Et la vue d'un bon repas ne remplace pas sa consommation effective.

C'est seulement dans certains cas que de tels états informationnels pourront prendre une valeur transcendante à toute autre. Le poète s'écrie "Voir Venise et mourir", le martyr meurt en souriant, dans sa certitude de voir bientôt Dieu. Pour que ce passage soit possible, il faut non seulement que l'espace informationnel soit développé considérablement au point de dominer tout le reste.

La deuxième remarque est que la constitution des espaces informationnels internes n'est pas gratuite, ni même leur entretien. Le cerveau utilise 20% (point à vérifier) de notre circulation sanguine, c'est à dire d'une réserve libre hautement élaborée par tout le reste du corps.

Dans le monde biologique peut-être, et dans le monde technique en tous cas, la montée de l'informationnel a donc été liée au perfectionnement progressif des moyens qui permettent de le supporter: mécanique, horlogerie, électronique, micro-électronique... Rappelons-nous simplement que si Babbage ne peut parvenir, au début du XIXeme siècle, à réaliser son analyseur différentiel, c'est que la mécanique de l'époque n'est ni assez précise ni assez libérée des frottements.

Toute structure persistant dans la machine peut en effet être considérée comme de la mémoire (ou plus exactement du contenu de mémoire). Les cames d'un moteur d'automobile, par exemple, ou plus nettement, celles des grands automates d'autrefois, sont aussi des mémoires, dont on pourrait mesurer la capacité.

La mémoire, au sens informatique, n'est donc que le degré actuel de l'explicitation progressive d'un espace symbolique dans les machines. Von Neumann a marqué un pas important en demandant d'utiliser une même mémoire pour toutes les fonctions (programme et données) de même qu'en utilisant le binaire partout (car il y a autant de logique que de numérique).

Par rapport à notre "horizon" de L, il représente une partie médiane, plutôt décalée vers la droite, et l'on pourrait la placer sous la forme d'un continuum, marqué par quelques limites, bien définies pour un système informatique donné, mais variables d'un ordinateur à l'autre. (figure)

En l'occurrence, vers la gauche, on s'éloigne progressivement du concept de mémoire vers des structures non modifiables, et de moins en moins symboliques. A la limite, le chassis métallique de la machine est déjà mémoire de quelque chose, mais dans un sens certes éloigné. Vers la droite, on se perd dans les états transitoires des registres et des opérateurs électroniques. La mémoire centrale est donc la partie nette et médiane d'une surface sans bords au sens de Ruyer.

Dans la doctrine informatique traditionnelle, l'opposition entre mémoire et opérateurs est totale. L'apparition du firmware, du logiciel de base, et des langages orientés objets... monter bien qu'il s'agit d'un continuum.

31.6. Operators

Les opérateurs (une formule pour l'intelligence).... ?

Mais cet espace symbolique n'a pas d'intérêt, de même que la feuille de papier blanc, sans l'existence d'opérateurs qui réaliseront le passage d'un état à un autre. La puissance pratique de ces opérateurs limite d'ailleurs considérablement le L que l'on obtiendrait en multipliant la capacité de mémoire par le nombre de cycles de base parcourus pendant la durée de vie

probable de la machine. En effet, en un cycle de base, on ne peut pas modifier tout le contenu de la mémoire, mais seulement une assez faible partie de celle-ci: quelques dizaines de bits au plus. Le taux de modification des autres mémoires est encore plus faible, bien que pouvant atteindre plusieurs dizaines voire centaines de millions de bits par seconde sur des disques rapides (taux de transfert), mais sous certaines contraintes.

De même que pour la mémoire, le concept d'opérateur se dilue progressivement à partir des opérations explicitement répertoriées comme telles, principalement le jeu d'instructions de l'unité "arithmétique et logique" (UAL, ALU en anglais). Vers la "gauche", ces opérateurs s'organisent en macro-instructions, programmes, transactions, chaînes,... applications, jusqu'à rejoindre la finalité globale du système. Vers la "droite", les instructions se décomposent en sous-instructions, puis en états successifs des différents composants, jusqu'aux mouvements des électrons dans les semi-conducteurs.

L'évaluation actuelle des machines n'est cependant pas basée sur un calcul de L ou d'une formule comparable. L'ordinateur reste essentiellement considéré comme une "machine" au sens classique, avec entrées et sorties, et l'on parle surtout de son "throughput", c'est à dire de la quantité d'information qu'elle peut traiter dans une unité de temps choisie adéquatement, ce qui laisse dans l'ombre deux caractéristiques pourtant de plus en plus importantes:

- la conservation à long terme de vastes espaces symboliques (bases de données, librairie de programmes), dont l'évaluation reste cependant aisée (capacité et temps d'accès) à condition de ne pas prendre en considération le degré de structuration des enregistrements et la variété des modes de représentation.

- l'"intelligence", c'est à dire en l'occurrence l'aptitude à répondre par des comportements élaborés aux demandes des utilisateurs du système ou d'autres systèmes, et en particulier aux "agressions" provenant soit de l'environnement interne (pannes partielles, auxquelles la machine répond par une reconfiguration appropriée, dite "dégradation amiable"), soit externe (problème de la sécurité et de la confidentialité). On pourrait ici proposer de mesurer cette "intelligence" par un ratio entre L et P, où P serait la puissance brute mesurée selon les méthodes classiques. Il faudrait peut-être prendre un dL, dont la signification resterait alors à préciser.

On pourrait parler, pour une tâche donnée, d'un delta L

------- x a

P

avec a = coefficient d'affectation à cette tâche

deux systèmes de puissance L différentes traiteront la même tâche avec des taux d'affectation différents

delta L1 delta L2

------- x a1 = -------- x a2

P P

si a=1, le système s'affecte entièrement à la tâche. Si a<1, il peut rester une marge de disponibilité, qui peut être affectée à d'autres tâches, si le système a des tâches qui s'y prêtent.

Il faudra ensuite s'intéresser à trois points:

- si l'exécution de la tâche n'implique pas une affectation temporelle précise, le système utilisera son L au mieux en jouant sur le temps (cela n'est possible que dans une certaine mesure),

- entre un S et une tâche prise à priori, il y a plus ou moins grande adaptation.

En fait, ce n'est sans doute pas tant mémoire et opérateur qu'il faudrait opposer, mais plutôt mémoire et opération, représentant respectivement les axes synchronique et diachronique de la machine, quitte à ne jamais oublier que ces deux axes ne peuvent pas non plus être totalement isolés (cf. Heisenberg).

L'attitude des biologistes ou des psychologues est évidemment assez différentes, car l'idée de champ symbolique évoque d'abord pour eux un espace perceptif, doublé d'une "mémoire" dont les caractéristiques sont assez mal connues, et certes pas définissables quantitativement avec la même facilité que pour un système informatique. Voir Atlan.

Quelques essais quantitatifs, à notre connaissance assez sommaires (Miller, Fourastier), ne jettent que d'assez vagues lueurs sur cet espace où l'absence de bords est frappante, à la différence de l'informatique, où elle est plus difficile à faire sentir.

Max (Berger)

Un ordinateur nu/chargé de son système d'exploitation/chargé de programmes d'application/engagé dans une transaction: il y a réduction de H, et en même temps augmentation.

32. Idéologies de la Libération (française)

C'est plutôt, me semble-t-il, un habile compromis entre toutes sortes d'idéologies. Le génie même de De Gaulle. Il parvient à faire cohabiter :

- les idées et les groupes issus de la Résistance (ou prétendus tels)

- la plus grande partie, après une épuration assez légère en fait, des cadres économiques et administratifs qui ont fonctionné sous Vichy, ainsi que le considérable travail législatif qui y a été accompli

- les communistes avec leurs liens moscoutaires aussi bien que les catholiques avec leur hiérarchie pourtant largement coupable de collaboration.

Y a-t-il vraiment UNE idéologie de cette époque ? C'est plutôt le cadre législatif et administratif de cette époque qui me semble aujourd'hui arriver en bout de course. En particulier : le rôle des syndicats, la puissance des grands ministères (Education nationale, Finances) et des grands organismes de Sécurité sociale (Cnam-TS principalement)..

A l'angoisse de détermination, tournée vers la névose, s'oppose l'angoisse de libération, tendue vers la liberté. On ne naït pas libre, on le devient, on se fait libre. Or toute création implique destruction. Aussi l'homme s'angoisse-t-il toujours de la liberté. Lacroix, Phi de la culpabiolité, 143

Dès le moment où la créature se trouve placée dans l'obligation de constater en elle cette mystérieuse articulation de la liberté et de la grâce, il est impossible qu'elle n'éprouve pas une certaine inquiétude, liée d'ailleurs au sentiment de sa foncière indignité. Gabriel Marcel 1/103

Au stade religieux, l'homme en vient à se nier lui même en présence de Dieu. Ce désespoir est bien maladie mortelle, mais cette maladie mortelle, par le plus mystérieux paradoxe, n'aboutit pas à la mort: bien au contraire, c'est par le désespoir que le moi se sauve lui-même, qu'il accède à l'éternel et à l'indestructible. Gabriel Marcel 1/133

Liberté/déterminise. Libre volonté ou déterministme... un pseudo-problème qui résulte de la confusion de deux niveaus d'expérience, de l'épistémologie et de la métaphysique. Nous faisons l'expérience de la liberté... la catégorie de causalité ne s'applique pas à l'expérience directe... mais pour ordonner l'expérience objectivée reproduite dans des symboles... la volonté n'est pas déterminée, elle est déterminable. Bertalanffy 1968

Liberté/entropie. On appelle liberté ou entropie de l'objet O par rapport à la force f, la capacité h de résistance de l'objet lorsqu'il est soumis à la fore f. Bruter 1974

Liberté/foi. L'homme est appelé à reconnaître qu'il n'est pas libre. Il est seulemnet libérable. LIbérable par celui qui est liberté absolue: le sauveur. Talec 1973 p 178.

Liberté/grâce. C'est seulement par rapport à la grâce que la liberté humaine peut être définie en profondeur... la liberté est sans doute essentiellement l'acquiescement ou le refus qu'il nous appartient de marquer par rapport à la grâce, ce refus pouvant d'ailleurs toujours se déguiser en une neutralité fallacieuse. Gabriel Marcel 1/71

Liberté/relation. ... l'homme, à partir du moment où il entreprend de se pose r lui-même comme absolu, c'est à dire de précisément de se libérer de toute relation, de toute référence à un autre que lui-même, ne peut en dernière analyse que se détruire... ou bien, ce qui d'ailleurs revient finalement au même, déboucher dans une idolâtrie qui prend pour objet une abstraction telle que la classe ou la race, c'est à dire quelquechose d'incomparablement inférieur à cela même dont il entendait s'affranchir.

Varese. Liberté 159.

secrets/recettes 158

progrès électronique 160

32. Number of locations for an object

In one dimension, very simple, no format problem. One may say that an object of n bits may be placed into any interval of n bits or more.

If the placement is done into a interval of nn bits, there are nn - n +1 diffent possible positions.
(We exclude the case where an object would be composed of several non contiguous bit strings).

dans HD, il y a un facteur de forme de l'objet à n bits, une certaine "marge" qui lui est nécessaire (à explicieter, il s'agit de compenser les irrégulatirté de forme, qui empêchent de paver serré), appelons f ce facteur de forme
n.f (f = champ nécessaire de facto pour que l'objet de n bits survive) : f est plus grand que 1, car il intègre une certaine marge
Il y a aussid des anomalies de formes du grand espace, qui réduit d'un facteur q le volume disponible, on est donc ramené à N/q
alors il n'y a plus que N /(n.f.q) places
la montée des liberté se fait par dématérialisation (réduction de f)
et acceptation des normes de la société ou amélioration de la société (réduction de q)
ensuite, valoriser l'espace N, les différentes positions ont des valeurs différentes
quand tout est aménagé, c'est la résolution dans l'harmonie, et la mort, la fin de l'histoire

the object could adapt its form to fit better, or more freely, in the available space


33. Pleaure and machine

Relation with L ? Is desire liberty ("Mon bon plaisir"), or servitude ?
Must I get my pleasure. My mother, re-invest my body, take care of what I feel/sense. A meditation form, with possible suffering in cenesthesis.

To be beautiful for others, my clohes. être beau pour les autres (plaisir), mon vêtement
regarder les autres, les corps, mon corps aussi. le footballeur anglais

encourager les autres à prendre leur p^laisir
technologie pour mobiliere le plaisir. le mien au service des autres en particulier

Evaluer chez les autres dans quelle mesure ils sont là pour le plaisir. ou sous la contrainte
et ce qui leur fait plaisir

Le plaisir nous rapproche de l'animal.
plus difficile de penser à une machine comme quelque chose ayant du plaisir. vrai tout de même pour certaines voiture.

Un grand désir de parler de cela, mais refus très explicie de Bois, qui a choisi jeu. Mais ensuite n'a rien fait pour faire travailler le club sur le thème, malgré les compétences des membre. pas été capable de trouver un micro pour Schneider


Le premier objectif du groupware serait de prendre du plaisir ensebmle (à deux, dix, dix mille, dix milliards) plaisir physique/intellectuel

fair un "check list" des types de plaisir, l'augmenter par
- dispositions intérieures
- partage/fête
- acquisition d'objets, de services
- remèdes à l'anxiété et autres adjuvants (chimie, assurance, compte banque, bonne "situation")

Recherche permanente, ataraxis, ou maximisation

chercher les sources du plaisir, maximiser
les sources du déplaisir, minimiser, ainsi que les contraintes

choisir les plaisirs. ceux qui coûtent le moins cher (en euros, en temps à la Thoreau)
se dégager d'une psychologie de la contrainte. jouer le plaisir ici et maintenant ? Ou fuite ?

Comment je gère mon plaisir. faut pas que je me dérange; Une certaine lenteur. Ou au contraire, le plaisr de la vitese.
mais il y a une certaine distanciation, pour sentir que je sens. Schutz. Ou au contraire plaisir fusionnel de l'ivresse, je ne vis plus à des niveaux différents

Liberté

Le problème, c'est la concentration. C'est par là que liberté et égalité ne sont pas des valeurs contradictioires.

Ce qui est "naturel" c'est qu'en régime de lliberté le plus fort veut devenir toutjours plus fort, donc manger la liberté du plus faible.
Car toutes les ressources se ramènent à la liberté.
La superclass travaille pour ses popres débats internes.
D'autant plus que, pour les plus riches, l'emploi de l'argent n'est plus déterminé par une nécessité, ils n'en ont pas besoin immédiatement pour assurer leurs beoins vitaux. Alors soient ils transfèrent leur liberté à d'autre en échange de revenus (en quelque sorte, dans un cas de viager par exemple, ils répartissent gros tas de lliberté en un petit tas qu'ils vont utiliser tous les jours), ou bien ils font grossir le tas pour s'en servir plus tard. Un éleveur ou un jardinier font qqch de ce genre.

Mais en prêtant leur argent, les riches ne transfèrent pas simplement de la liberté, ils l'assortissent de conditions : il faudra payer des intérêts (donc se servir de l'argent d'une manière rentable, ou prélever sur dautres liberts), etc.

Que vient faire l'art là dedans ? Il permet de la liberté avec pas beaucoup d'argent.

Alors que pour le "pauvre", l'argent n'est pas source de liberté, hors le suivie

Qu'etsce que je peux faire ? Pas grand chose, je suis un dix-milliardième. Je peux faire plus si je suis plus agissant que les auters.

Mais l'espace des lbertéa suagmente.
Je peux m'assurer le contrôle de zones de liberté : objets et esprit des personnes : murs et surmois.
ISA et RSA du CAE

L'argent est fondamentalement une mesure de liberté. Je peux acheter ce que je veux avec. Et je suis rémunéré du fait que je renonce à cette lliberté. En un sens, le chef d'entreprise est double gagnant puisqu'il place son argent pour augmenter sa liberté d'action. Mais il s'interdit de l'utiliser à autre chose (il l'immobilise)

Ma liberté dans le schéma de créationµ
- le moi émetteur. d'abord nous sommes nombreux, entre lesquels pourra choisir l''autre, récepteur

La concentration réduit la liberté de l'acheteur, par les trusts
Le vieux schéma du Maelstrom
Et l'idée, pas très séduisante effectivemnet, qu'il sr'agit d'optimiser la courbure du maelstrom. Ce qui ne fera jamais plaisir à ceux qui sont en bas. (qui voudraient monter tout de suite), ni en haut, qui n'ont pas envie de descendre

q

 

 

Note sur auto autonome. Autre note sur voiture autonome
Autonomie et imprévisible, comm. Afig.